Inquiétude d’un professeur

Posté par postbacbertrandeborn le 17 juin 2008

La fin du contrat de notre secrétaire post-bac approche ; j’imagine mal pourtant notre lycée se passer de ses services. Qui gèrera les dossiers, qui préparera les conseils de classe, concours et concours blancs, organisera les opérations d’information en direction des familles et des lycéens, répondra au téléphone, et s’occupera des relations avec les autres administrations (universités, sécurité sociale, etc.) ? Comment nous, professeurs, pourrions-nous prendre en charge ce travail colossal ? Nos charges n’ont fait qu’augmenter, et ont atteint des sommets cette année ; et le reste de l’équipe administrative est déjà bien occupée ! Certes, il faudra bien tourner, et nous le ferons avec notre motivation habituelle. Mais nous avons nos limites, et les tâches pédagogiques sont considérables auprès d’étudiants exigeants, qu’il faut préparer à des concours difficiles.

Avec le départ de Jean Campion, la recherche d’économies trouve une de ses limites les plus évidentes. Comment en outre ne pas songer avec amertume à ce gaspillage de compétences, alors même que les classes préparatoires de proximité sont reconnues unanimement pour leur intérêt pédagogique et social ?

 

François Gadeyne
Professeur de Lettres

Publié dans Article de professeur | Pas de Commentaire »

Université de Bordeaux 3

Posté par postbacbertrandeborn le 16 juin 2008

Nous ne pouvions laisser passer le message de Madame OLIVER de l’université de Bordeaux 3 sans le souligner.
Merci Madame.

 

Madame OLIVER :
16 juin 2008 à 12:08

Responsable des classes préparatoires à l’université de Bordeaux 3, je me dois de dire que la présence de Monsieur Campion a singulièrement amélioré le suivi des dossiers des élèves.

Il a toujours été à notre écoute et il a assuré sans faille le lien entre les élèves et l’université en fournissant toujours en temps et en heure les documents souhaités. Sa présence nous est indispensable.

Je ne peux envisager un seul instant de continuer à m’occuper de ce travail sans son aide précieuse.

Sans interlocuteur unique à la rentrée je pense qu’il ne me sera pas possible de continuer à gérer ces élèves.

Le suivi des CPGE n’est pour l’université qu’un tâche parmi tant d’autres au bureau des licences qui gère 8000 étudiants.

 

Publié dans Article d'Etudiant | 1 Commentaire »

Un microcosme assez étrange (par Aurélien)

Posté par postbacbertrandeborn le 11 juin 2008

 

La classe préparatoire est un microcosme assez étrange au sein duquel les élèves, pendant deux à trois ans, préparent, justement, leurs concours d’entrée dans des écoles d’ingénieurs, de commerce, ou encore aux Ecoles Normales Supérieures.

 

La préparation y est intense, difficile, éprouvante, s’il faut en croire le folklore lycéen, persistant, qui dépeint la prépa comme un nouveau bagne de Cayenne.

 

S’il est évident qu’une part importante de la préparation se fait grâce au travail des étudiants sous la houlette scrupuleuse des professeurs, une autre part, moins reconnue, est tout aussi prépondérante : l’ambiance de travail.

 

La préparation doit effectivement s’effectuer dans les meilleures conditions possibles, de façon à créer autour des étudiants ce microcosme serein qui les empêche de penser à des soucis terre-à-terre tels que les problèmes administratifs d’inscription, les procédures de ces dites inscriptions, à l’université comme aux concours, les problèmes de logement, voire à des problèmes plus personnels.

 

C’est précisément cette ambiance de travail que M. Campion s’efforce de créer et de rendre pérenne au sein du Lycée Bertran De Born. Toujours à l’écoute des étudiants, pour quelque tracas que ce soit, toujours prêt à aider les élèves dans les difficultés qu’ils rencontrent, en se faisant tampon avec l’administration, en assurant lui-même les inscriptions aux concours, en les vérifiant et re-vérifiant encore avec les élèves, en s’occupant des modalités d’inscriptions à l’université, s’assurant de défendre l’intérêt de chacun des étudiants, M. Campion est la cheville ouvrière indispensable de cette classe préparatoire.

 

Lorsque j’entrai au Lycée Bertran de Born, en septembre 2004, j’avais, pour ainsi dire, la fleur au fusil et ma naïveté comme bouclier. C’est M. Campion qui m’a indiqué où trouver un logement, c’est lui encore qui s’est assuré de mon inscription en faculté (de même qu’il s’en est assuré pour toute la classe, inscrivant qui à Toulouse, qui à Bordeaux, qui ailleurs selon les vœux de chacun), lui toujours qui nous a expliqué à quelle caisse d’assurance maladie s’affilier à Périgueux. En 2006, moment crucial de la préparation, c’est de nouveau M. Campion qui nous a inscrit aux concours, tant aux écoles de commerce qu’à l’E.N.S., vérifiant avec nous que nous avions rempli correctement les formulaires administratifs de rigueur.

 

Le bon souvenir que je conserve de Bertran de Born est étroitement lié à M. Campion, à son soutien moral dans les coups durs, à sa présence constante pour tout un chacun.

 

C’est ainsi que la réponse de M. le Ministre de l’Education Nationale me surprend à plus d’un titre. Effectivement, M. Campion savait que son poste allait toucher à échéance, et qu’il ne serait pas renouvelé, du fait des contraintes légales. Cependant, il est assez étrange de penser qu’il ait pu savoir cela et rester simplement à attendre à la fatalité. M. Campion aurait souhaité passer les concours dont M. Darcos parle, mais encore faudrait-il que ceux-ci existent.

 

Le problème est la titularisation du poste de M. Campion tel qu’il existe aujourd’hui. S’il fallait considérer uniquement l’angle de la méritocratie, cela se ferait en un tournemain, au vu des performances de M. Campion. De sorte qu’il faut en conclure que le bât blesse quant au contrat : effectivement, un contrat à durée déterminée est aisément révocable, tandis qu’un contrat à durée indéterminée est lui beaucoup plus solide, et entraînerait la question du renouvellement de poste.

 

M. Campion apparaît alors comme la victime d’un mammouth que l’on souhaite, à tous prix, faire maigrir, au point de sacrifier à l’autel de ce régime les personnes qui le font encore avancer.

 

 

Aurélien Royer
HK-KH promo 2005

Publié dans Article d'Etudiant | 2 Commentaires »

 

le bien être de candresse e... |
les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue sur le blog du RC...
| Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard